Tag : objets communicants

Redéfinition du sujet

Nous nous plaçons dans le cadre de l’intelligence ambiente pour rendre un lieu plus interactif ! Notre projet a pour but de rendre une pièce, un stand ou tout autre lieu relativement restreint adaptable, réactif et autonome.

Lorsqu’un nouvel appareil (compatible) apparait dans le champ d’action du réseau, il s’identifie en donnant sa fonction (capteur ou actionneur) et ses caractéristiques (options de commandes, signaux délivrés, etc…). Dès lors, l’utilisateur peut contrôler ce nouvel appareil via l’interface du réseau, sans aucune intervention de sa part !

Notre objectif est donc de créer un mini réseau d’appareils contrôlable par une interface sans-fil et tactile. Dans un premier temps nous contrôleront le réseau par le serveur mais par la suite l’utilisateur se verra doté de l’interface tactile sans-fil. Tous les actionneurs et capteurs entrant dans notre réseau devront passer par le même protocole de communication sans-fil

Ce que nous allons utiliser

  • Une foxboard connectée au réseau pour communiquer avec un serveur. Cette foxboard sera le point central de notre mini-réseau sans-fil.
  • 4 à 5 arduino pour les différents appareils
    • La première servira pour l’interface sans-fil tactile
    • Les autres serviront pour gérer les actionneurs et les capteurs en liaison liaison avec la fox board
  • Quelques actionneurs et capteurs :
    • Un écran OLED tactile (déjà en notre possession)
    • Un accéléromètre
    • Quelques LEDs
    • Un capteur de présence
    • Un servo moteur ou un mini robot
    • Une caméra
  • Autres matériels :
    • Des cartes Xbee (1 par arduino + 1 pour la foxboard)

Nouveau cahier des charges

Notre travail devra donc répondre aux contraintes suivantes :

  • Utilisation d’un protocole unique pour tous les éléments du réseau sans-fil
  • Identification du nouvel objet communicant dès la détection d’un mini-réseau compatible
  • Compatibilité totale de tout nouvel appareil, quelque soit ses objectifs, tant qu’il utilise notre protocole
  • Compatibilité totale de l’interface de contrôle avec n’importe quel type d’appareil compatible avec le réseau
  • Indépendance totale du système, aucune intervention pour ajouter ou retirer un objet du réseau

Nous devons travailler sur un réseau de capteurs et d’actionneurs dans le cadre de l’intelligence ambiante, mais qu’est-ce que l’intelligence ambiante ?

Concept d’intelligence ambiante

Tout d’abord, elle se compose d’une multitude de sous éléments appelés « Objets Communicants ». Ces objets sont capables de se détecter les uns les autres et de communiquer entre eux. La particularité du réseau ainsi formé réside dans l’inter-connectivité des outils et l’interopérabilité. En effet, un actionneur géré par un objet est mis à la disposition de tous les autres objets et à tout instant sans que l’opérateur n’ai à se soucier des compatibilités. Il en résulte alors une possibilité multiple d’interactions avec le réseau car, dans un système classique, chaque tâche ne peut être fait que d’une seule façon, alors qu’avec l’intelligence ambiance les accès sont diverses.

Par contre, la multitude d’éléments étant dispersés par-ci par-là, on imagine facilement la difficulté de former un tel réseau uniquement avec une connexion filaire, d’autant plus qu’une partie des objets communicants peuvent être nomades. L’utilisation de technologies de communication sans-fil telles que le Wifi (grande portée) et le Bluetooth (faible portée) sont indispensables.

Les possibilités d’un tel système

On peut alors imaginer le cas d’une pièce remplie de capteurs de différents type (son, lumière, chaleur, mouvement, position, etc…) qui réagissent en fonction de ce qu’ils captent pour agir sur l’environnement et aider l’homme dans son quotidien. Par exemple, lorsqu’une personne entre dans une pièce équipée, sa présence engendre l’allumage de la lumière mais pas uniquement. En détectant son portable (via le Bluetooth), le réseau peut connaître son nom et peut l’accueillir en lui affichant un message sur un écran et allumant son poste de travail. On peut y voit un gain de temps, d’efficacité et de convivialité.

D’autres système encore plus élaborés peuvent alors être conçu comme les exemples cités à l’EPITA :

Sous quelles formes l’intelligence ambiante va-t-elle investir nos vies ?
-Un miroir communicant sur lequel nous pourrons recevoir des appels ou les informations du matin.
-Une circulation automobile gérer automatiquement sans feux, ni rond-point avec un flux continu de véhicules.
-Un poisson-robot reproduisant fidèlement le mouvement d’un vrai poisson.
-Un réfrigérateur qui édite une liste de course en fonction de son état de remplissage voir même qui se connecte directement au magasin pour passer la commande.
-La possibilité de piloter l’ensemble des systèmes de la maison via une télécommande centrale.
-Se faire assister pour une recette de cuisine en fonction de ces gestes ou commander par la pensée toutes les fonctionnalités de nos maisons à énergies positives.

Tout cela peut laisser rêveur même si toutes les technologies nécessaire à l’insertion de l’intelligente ambiante ne sont pas au point.

Pour en savoir plus

http://www.lemondenumerique.com/?page_id=7415